WRC: Rallye du Mexique: La chance au champion

2139448-3owdorc9db
Sébastien Ogier a vite effacé sa piètre prestation suédoise en signant au Mexique sa deuxième victoire de la saison.

A l’issue du troisième rendez-vous de la saison 2019 du Championnat du Monde des Rallyes, il est temps de tirer les premières conclusions même si les trois premières épreuves constituent à elles seules des exceptions étant donné leur revêtement. A la glace du Monte-Carlo a succédé la neige de Suède et la terre du Mexique. Sans oublier que ce dernier se dispute en altitude et limite de ce fait la puissance des moteurs.

AP-1YPBSR91W1W11_hires_jpeg_24bit_rgb
Succès de foule indubitable pour cette troisième manche de la saison qui n’est pourtant pas exempte de tout reproche.

Avec deux victoires et un abandon, le français Sébastien Ogier fait encore et toujours figure de candidat numéro un à sa propre succession. Au Mexique, il s’est à nouveau montré impérial en début d’épreuve alors qu’il ne bénéficiait pas d’une position idéale sur la route. Dès le premier passage dans la spéciale de El Chocolate, la deuxième du rallye, le Français signe un deuxième chrono alors que Tänak (Toyota Yaris WRC) perd 21″ tandis que Thierry Neuville crève et perd déjà 42″…

2139535-3b4eh78l70
Suite à un drapeau rouge dans l’ES10, Ogier reçoit un temps forfaitaire qui « efface » le temps perdu suite à une crevaison. La chance du champion!

Un à un, les autres opposants au pilote Citroën perdent pied à l’image des Hyundai de Sordo et Mikkelsen, retardés par des soucis techniques, et c’est l’étonnant Elfyn Evans qui s’installe sur la deuxième marche du podium provisoire à bord de sa Ford Fiesta WRC mais à 14″9 d’Ogier le vendredi soir. Troisième Kris Meeke est le meilleur représentant du clan Toyota, à 21″1 tandis que son équipier estonien compte 37″1. Thierry est sixième à une minute et n’a rien pu faire pour réduire l’écart.

AP-1YNS7CBWH1W11_hires_jpeg_24bit_rgb
Victime de soucis électriques à la fin de la première étape, Dani Sordo a perdu gros.

Le samedi, on assiste à un psychodrame dans l’ES10, la première de la journée, lorsque Sébastien Ogier crève à son tour, à l’avant gauche, et retombe juste devant Thierry au classement général, à moins de 20″. Mais comme la chance ne sourit qu’au champion, la sortie de son équipier Lappi entraîne le déploiement d’un drapeau jaune et donc l’établissement d’un temps forfaitaire qui permet au français de rester en tête. Un scénario digne du crashgate vécu en 2008 au GP Singapour quand la sortie de Piquet Jr avec la Renault avait permis à Alonso son équipier de remporter une victoire. Qui provoque une tempête sur les réseaux sociaux sans parler de certains pilotes comme Meeke ou Neuville qui n’hésitent pas à laisser sous-entendre que Lappi aurait appuyé sur le bouton rouge alors qu’il était hors de danger.

AP-1YPFZYXJH1W11_hires_jpeg_24bit_rgb
Ogier et Citroën ont déclenché une tempête dans un verre d’eau…

L’équipe Citroën sera blanchie puisque l’organisateur reconnaîtra que c’est lui qui a pris la décision alors que Lappi avait signalé que l’équipage était indemne. Une organisation mexicaine qui commettra de nombreuses bévues tout au long du week-end et qui ne mérite certainement pas de jouer en WRC. Jump dangereux dans la spéciale-show de jeudi soir, barrière fermée devant Mikkelsen le samedi, engin de chantier placé à l’extérieur d’une courbe rapide, les faits n’ont pas manqué pour remettre en question l’organisation de ce rallye coûteux.

WRC_2019_Rd3_088
Ott Tänak continue d’engranger les points après sa victoire suédoise, il termine second au Mexique et conserve la tête du championnat.

Mais revenons au déroulement de la course, limpide pour le premier, qui ne sera jamais inquiété, et qui a conquis sa cinquième victoire mexicaine grâce à une lucidité épatante en début de course et après avoir signé sept meilleurs temps faisant de lui le meilleur performer de l’épreuve devant l’Estonien Tänak (6 MT) et un étonnant Mikkelsen (3 MT). Derrière, Meeke, Latvala et Neuville en signent 2 chacun tandis que Sordo et Lappi n’en prennent qu’un seul à leur compte. Si les Hyundai ont fait illusion en début de rallye, c’est une nouvelle fois Toyota qui s’en sort le mieux à l’arrivée avec les 2e et 5e places de Tänak et Meeke ce qui rapporte de précieux points à la marque japonaise au championnat des marques.

AV201903185
Très belle course d’Elfyn Evans qui a su profiter de sa position en début d’épreuve avant de laisser la deuxième place du podium à Tänak.

Troisième à l’arrivée, Evans sauve les meubles pour Ford après la sortie de Suninen dès l’ES2. C’est donc, une nouvelle fois, Hyundai qui réalise la moins bonne opération du week-end à la suite des abandons de Mikkelsen (touchette dans l’ES5) et Sordo, trahi par le système électrique de sa i20 WRC à la fin de la première étape.

AP-1YP3Q7GR11W11_hires_jpeg_24bit_rgb
La crevaison de Thierry Neuville dès l’ES2 lui a coûté cher. Il n’a jamais pu compter sur sa Hyundai pour remonter à la régulière. Sa 4e place finale est une belle consolation.

Au classement provisoire du championnat, Ott Tänak, le plus régulier, conserve la tête mais Ogier est revenu à 4 unités grâce à ses deux victoires tandis que Neuville pointe à 10 points de l’Estonien.

WRC_2019_Rd3_328
Kris Meeke a une nouvelle fois soufflé le chaud et le froid. Mais ce sont surtout ses mots très durs à l’encontre de Citroën qui marqueront les esprits. L’Anglais présentera finalement ses excuses.

Chez les constructeurs, Toyota est logiquement devant avec 86 points devant Citroën (78) et Hyundai (77).

AP-1YPC4TB391W11_hires_jpeg_24bit_rgb
Le prochain rallye se disputera à la fin du mois, en Corse, sur asphalte. Il faut absolument que Thierry s’y impose s’il ne veut pa voir filer ses espoirs de titre…

La prochain épreuve se disputera en Corse, sur asphalte, à la fin de ce mois et Ogier a déjà prévenu que celui qu’il craignait le plus s’appelait… Sébastien Loeb. Voilà qui va plaire à certains!

2138944-3nxgxstpib
Sébastien Ogier soigne son image auprès des petits supporters mexicains.
Publicités

A la rencontre de Gabriele Tarquini, champion du monde WTCR

28113373217_f32cf35911_b

Après avoir difficilement fréquenté la F1 durant cinq saisons entre 1987 et 1992, Gabriele Tarquini a roulé sa bosse dans tous les championnats réservés aux voitures de tourisme. En 1994, il décroche le titre dans le BTCC (Championnat anglais des voitures de tourisme) avec Alfa Romeo. Il se partage ensuite entre le BTCC et le STC (Championnat allemand des voitures de tourisme) avant de remporter un second titre, en 2003, toujours avec Alfa mais cette fois en ETCC, le championnat européen des voitures à essuie-glace. Il poursuit sa carrière chez Seat, chez Honda et même chez Lada. A 55 ans, il retrouve une nouvelle jeunesse en signant avec Hyundai pour participer au nouveau championnat du monde des voitures de tourisme (WTCR).

40404844150_187bce2e31_b

« Les Coréens m’ont demandé combien de temps il me faudrait pour développer une Hyundai i30 capable de s’imposer, nous raconte le sémillant Italien originaire des Abruzzes. Et lorsque j’ai demandé six mois pour être au point, ils ont tout de suite accepté. Je ne sais pas si vous vous rendez compte mais il n’y a, aujourd’hui, plus aucune marque impliquée en sport automobile qui vous laisserait six mois pour développer une voiture de course. Tout doit désormais aller très vite et on tente, la plupart du temps, de mettre l’auto au point lors des premières courses… »

27150664007_5b751b3352_b

C’est cette manière de faire, cette mentalité de finisseur qui a réussi à motiver Gabriele pour repartir de zéro à un âge où la plupart des gens tendent à la tranquillité, à finir leur carrière de manière confortable.

« J’ai toujours aimé les défis et celui-là en était un beau. Lorsqu’on a mis l’auto sur la piste, à la fin de la saison 2017 du TCR International, on a tout de suite compris qu’elle allait être parmi les meilleures en WTCR. Notre i30 est engagée par le BRC Racing Team et en Chine, je remporte la première course à laquelle on participe. Bref, on se sent prêt pour 2018. Mon début de saison est parfait puisque je marque de gros points au Maroc, en Allemagne et au Portugal mais la compétition est particulièrement serrée et lorsqu’arrive le dernier rendez-vous, à Macao, nous sommes sept à pouvoir encore remporter le championnat. Je suis en tête mais Yvan Muller, pilote Hyundai lui aussi mais avec son écurie YMR, m’a repris 36 points en trois courses. »

45195880194_0495c418ca_b

Une situation tendue qui ne devait pas trop effrayer ce vieux loup de la compétition automobile…

« Ce championnat fonctionne selon le principe de la Balance des Performances (BoP) et depuis le début de la saison, nous avions été fortement handicapés à la suite des belles performances de la Hyundai i30 N TCR. Poids plus élevé, puissance en baisse et hauteur de caisse rehaussée viennent nous ralentir et rendent, de facto, l’auto plus à l’aise sur les pistes sinueuses. Donc je suis optimiste avant de débarquer à Macao et malgré la belle opposition d’Yvan, je finis par remporter mon troisième titre mondial avec trois petits points d’avance! Les mauvaises langues diront qu’à nous deux, Yvan et moi, on a 105 ans mais cela ne veut pourtant pas dire que le niveau est mauvais. La Hyundai était LA voiture à battre cette saison mais je suis sûr que les autres constructeurs vont réagir et que l’on verra à nouveau de belles bagarres en 2019 où je repars, bien sûr, pour une nouvelle saison. »

45210994494_7f695fffd9_b

Pourtant, vous avez failli tout arrêter en 2009, après votre titre en WTCC avec Seat.

« En effet, je me souviens qu’il y a neuf ans, j’ai pensé tout arrêter parce que je ne voyais pas ce que je pouvais obtenir de mieux que ce titre mondial et c’était peut-être un bon moment pour m’arrêter. Mais d’un autre côté, ma tête me disait que tout allait bien  que je gardais ma pointe de vitesse et ma rage de vaincre, j’avais encore suffisamment d’adrénaline pour prendre mon pied au volant. À la suite de l’arrêt de Seat, j’ai choisi de repartir avec une équipe privée pour trois ans avant de retrouver Honda. Je n’ai donc jamais arrêté et bien m’en a pris. Hyundai est vraiment une équipe qui veut gagner, c’est très rafraîchissant et l’on sent qu’ils mettent les moyens pour y arriver. Mais le WTCR n’est qu’une étape. Je ne serais pas surpris de les voir arriver en F1 dans quelques années… »

44118897560_d6387fd110_b

Cette saison, Gabriele a encore ajouté cinq victoires, deux pole positions et cinq meilleurs tours à son palmarès florissant. Et il a mené 73 tours de course. Mais quel est son circuit préféré en WTCR?

« J’adore Suzuka. Il a toujours été dans mes circuits préférés et je continue à prendre beaucoup de plaisir en roulant là-bas. On roule aussi sur le vieux Ring mais je ne suis pas sûr que les voitures du TCR soient les plus gratifiantes sur ce circuit. Il y a aussi Zandvoort en Hollande. Mais si je devais ajouter un circuit au calendrier, ce serait Spa-Francorchamps sans hésiter. Et je ne dis pas cela parce que vous êtes Belge! (Rires) »

43756197390_cb7456e5de_b

C’est pourtant ce circuit qui lui a peut-être laissé le plus de regrets…

« C’est vrai que j’aurais aimé remporter les 24 heures de Francorchamps. J’ai touché le but du bout des doigts, sur une BMW M3 Bigazzi en 1989 en compagnie de Quester et Béguin (que l’on voit ici à quelques minutes du départ pris par… Gabriele) , mais nous avons abandonné à moins de deux heures de l’arrivée. Cela dit, je n’ai jamais été un amateur de courses d’endurance ainsi, je n’ai participé qu’une seule fois aux 24 Heures du Mans. Je suis un pilote de sprints, de courses en peloton. Et même à 56 ans, les jeunes loups ne me font pas peur! »

bmw m3 318 départ 24spa 1989

Si notre entrevue se termine ici, notre discussion a encore duré bien plus longtemps puisque nous avons aussi beaucoup parlé de Formule Un. Du jeune Italien Giovinazzi qui arrive cette saison chez Sauber, mais aussi de Stoffel Vandoorne et de l’écurie Mc Laren.

42085480755_ec2d378a7b_b

Le lendemain, on s’est retrouvé sur le petit circuit de Maspalomas pour goûter à deux petits tours aux côtés de Gabriele dans la Hyundai i30 N WTCR championne du monde, svp. Celle-là même avec laquelle le champion italien s’est imposé à Macao. Face à l’écran du PC posé sur le toit de l’auto, un ingénieur français sympa, chargé des voitures clients, nous donne quelques explications sur l’auto.

img_5969

« Comme vous le voyez, le moteur n’est pas vraiment semblable à celui que vous avez sous les capots des Hyundai i30 N Fastback, s’amuse-t-il. Le 2.0 est ici épaulé par un gros turbo, d’origine AMG, et le radiateur d’eau provient lui d’un fournisseur des BMW M. On atteindrait 400 chevaux facilement s’il n’y avait la BoP qui nous ramène aux alentours des 350 ch. La voiture est une traction avant, bien sûr, et elle doit avoir quatre ou cinq portes. On dispose d’un seul moteur par saison mais on peut changer cinq fois de turbo. Dans l’exercice qui nous occupe aujourd’hui, il faut impérativement refroidir le turbo entre les séries de tours. Pour le reste, Gabriele a carte blanche pour vous impressionner… »

img_5977

Il ne croit pas si bien dire. Je m’installe facilement à ses côtés, dans l’habitacle de la Hyundai i30 N TCR. Ayant déjà piloté deux TCR (Peugeot 308 et Seat Leon), je ne suis pas impressionné par l’environnement. En revanche, au volant, on a mis un vrai pilote. La poussée n’est pas impressionnante, les freinages non plus mais ce que je comprends vite, c’est que Tarquini n’utilise pas les réglages des journalistes. Le train arrière est très nerveux mais cela l’aide à enrouler les courbes. Le tout étant, dans la plupart des cas, de ne pas sacrifier trop de temps en survirage. Eternel débat entre ingénieurs et pilotes pour abolir le sous-virage des tractions…

27917405728_4866fe6377_b

Essai nouveauté: Hyundai i30 Fastback N

i30_fastback_n_11

Notre première rencontre avec le modèle sportif de la marque coréenne ne nous a laissé que des bons souvenirs. Un dimanche matin très sportif durant lequel la i30 N a révélé tout son potentiel au son des vroap-vroap de son échappement une fois le mode N enclenché. Alors lorsque Hyundai nous a invité à venir découvrir la version Fastback de sa sportive, nous n’avons pas hésité une seule seconde. Il faut dire qu’un déplacement sur l’île espagnole de Grande Canarie en plein mois de janvier ne se refuse pas. Une fois sur place, on s’est directement glissé à bord d’une rutilante Hyundai i30 Fastback N revêtue du superbe Engine Red!

i30_fastback_n_16

Quelques kilomètres d’autoroute pour prendre nos marques, retrouver l’environnement inchangé de l’habitacle avec un joli volant à trois branches spécifique à la version N et doté de deux boutons permettant de choisir rapidement son mode de conduite à gauche ou de balancer directement l’auto en mode N, le plus agressif. Les sièges sont également spécifique et l’on retrouve le logo N disséminé partout à bord.

i30_fastback_n_interior5

Pour rappel, ce N a trois significations: la gamme sportive est née à Namyang et a grandi au Nürburgring. Et puis cette 14e lettre de l’alphabet symbolise une chicane, à l’origine du développement des véhicules performants. Extérieurement, la Fastback N n’en fait pas trop. Elle nous plait davantage que la berline mais cela reste une question de goûts: on remarque ses parties frontales et arrières aux entrées d’air agrandies ainsi qu’une ligne ligne rouge entourant le véhicule, le petit becquet noir sur la malle arrière, des feux antibrouillards triangulaires disposés très bas, un double échappement, des jantes de 19 pouces sans oublier la teinte Shadow Grey qui lui est propre.

i30_fastback_n_static10

Voilà pour le tour du propriétaire. Sous le capot, on retrouve le 2.0 essence Turbo et les 275 chevaux de la version Pack Performances. Son couple culmine à 378 Nm grâce à un boost à l’accélération. De quoi signer le 0 à 100 km/h en 6″1 et atteindre les 250 km/h en pointe. La Fastback, surbaissée de 8 mm, se distingue de la i30N classique par une aérodynamique améliorée de 7%, une répartition des masse encore plus neutre et un poids légèrement en hausse. Mais sur la route, tout cela ne se mesure pas réellement; il s’agit avant tout de fine tuning.

i30_fastback_n_13

Les petites routes tournicotantes des Canaries ont parfaitement mis en évidence le comportement de la i30 Fastback N. La boîte manuelle à six rapports assume parfaitement les passages à la volée, la direction, en mode N Performance, est durcie et se révèle précise. L’arrière enroule les courbes avec l’aide du différentiel à blocage électronique et glissement limité (e-LSD) qui garantit un pouvoir de traction exceptionnel. L’auto est très efficace même si nous sommes trop souvent freinés par les nombreux cyclistes présents sur l’île. Malgré le système variable des soupapes d’échappement poussé à son maximum pour profiter d’une sonorité très typée rallye, la i30 Fastback N reste suffisamment discrète extérieurement pour que l’on ne se fasse pas injurier par les vélos croisés ou dépassés.

i30_fastback_n_static16

De retour sur les nationales à deux bandes, on revient en mode normal pour profiter à nouveau du confort assez bluffant de la Fastback N. Comme sa petite soeur plus classique, la i30 la plus performante propose alors des déplacements parfaitement agréable dans la vie de tous les jours. C’est là l’un de ses points forts.

i30_fastback_n_28

Le lendemain, Hyundai nous propose quelques tours sur une vieille piste accolée à un aéroport de plaisance. L’occasion de pousser la mécanique à fond et même s’il nous l’est fortement déconseillé, on préfère mettre l’ESC, le contrôle électronique de stabilité, pour voir tout ce que l’auto a dans le ventre. La piste est vieille, les virages serrés, une courte ligne droite nous permet de prendre un peu de vitesse avant un gros freinage dans un droite avant un gauche serré. De quoi constater que la Hyundai se pilote sans jamais nous donner de sueurs froides. Seuls les freins, évidemment pas prévus pour pareil usage extrême, nous conduirons à lever le pied dans le dernier tour.

i30_fastback_n_34

Vous l’aurez compris, cette i30 Fastback N constitue le second volet de l’offre performante du constructeur asiatique sur notre marché. Nous regretterons à nouveau son poids trop élevé mais si cela lui permet de se montrer aussi confortable en usage quotidien, elle en sera pardonnée. Parce que c’est une nouvelle fois le grand écart qu’elle est capable de faire entre ces phases de conduite sage et celles où le conducteur a envie de profiter à fond de ses 275 ch! Un véritable autobloquant aurait rendu la N un chouia plus efficace mais sincèrement, sur routes ouvertes, elle est impériale. Même si l’on sait que l’état du réseau belge ne l’aidera pas à reproduire le même comportement que celui rencontré aux Grandes Canaries…

i30_fastback_n_interior4

Rallye d’Ypres: qui pour taquiner Neuville?

Une fois encore, le sixième rendez-vous du Championnat de Belgique des Rallyes présentera une affiche de très grande qualité car les engagements s’accumulent chez l’organisateur. Vous le savez déjà, Thierry Neuville sera à nouveau de la partie pour viser la victoire, lui qui, en 2017, était sorti de la route le vendredi avant d’aligner les scratches par la suite. Une fois encore, le leader actuel du Championnat du Monde des Rallyes n’aura pas nécessairement la partie gagnée dans le Westhoek!

YPRESRALLY__JDu__1004

Abbring avec la nouvelle Citroën C3 R5

Bien sûr, Thierry et Nicolas endosseront le costume de favoris mais étant donné qu’ils ne disposeront pas de leur WRC habituelle, mais bien de la version R5 de la Hyundai i20 R5, la victoire ne leur est pas nécessairement acquise.

AC_C3_R5

La présence d’une référence de ce niveau motive forcément d’autres ténors à relever le défi, à commencer par Kevin Abbring, vainqueur de la dernière édition. Le Néerlandais, de nouveau secondé par Pieter Tsjoen, le seul à avoir remporté Ypres en tant que pilote et copilote, disposera d’une Citroën C3 R5 pimpante neuve. Nous attendrons également une nouvelle Citroën C3 R5 pour Kevin Demaerschalk.

Wallonie18__BVP_00007

Bouffier en Skoda

Indépendamment de ces deux C3 R5, il y a bien entendu l’armada Škoda, menée par Bryan Bouffier, à qui la victoire avait échappé l’an dernier pour 8 petites secondes. Le Français, qui a récemment remporté le Rallye d’Antibes, est certainement un sérieux candidat à la victoire, tout comme le Norvégien Ole-Christian Veiby, qui viendra parfaire son expérience de l’asphalte à Ypres. Pour un des premiers accessits, il faudra aussi penser à Hermen Kobus, habitué du Top 5 avec sa Škoda Fabia R5.

Pic_4

Et puis il y a les ténors belges avec la rapide R5 tchèque, dont celle du Champion de Belgique en titre, Vincent Verschueren, et celles des Kris Princen, Sébastien Bedoret, excellent depuis ses débuts au volant de la voiture de l’importateur, Didier Duquesne, Davy Vanneste et quelques autres encore attendus, dont Cédric Cherain.

IEPER17__KL__032

Keith Cronin pour l’honneur britannique avec une Hyundai i20 R5

De nombreux pilotes d’outre-Manche, qui viennent de terminer la deuxième course du MSA British Rally Championship, optent pour une Ford Fiesta R5, comme Alex Laffey, Sam Moffett et Matt Edwards. Keith Cronin, qui l’an dernier a remporté le Tony Pond Award dédié au premier pilote britannique classé, défendra son titre avec une Hyundai i20 R5, tandis que d’autres choisissent une Škoda, tels Martin McCormack et Rhys Yates. Et chez Peugeot, l’année dernière à la fête avec Kevin Abbring, la confiance s’est accrue après la victoire de Guillaume de Mevius à Oostrozebeke.

Wallonie18__LL_00004

Avec les équipes qui doivent encore remplir quelques formalités, nous approchons ainsi la trentaine de R5, ce qui nous assure une belle affiche. D’autant que la bataille entre les juniors britanniques et belges sera également très intéressante à suivre en R2. Et puis, il y a le spectacle grandiose dont nous gratifient toujours les Porsche 997 GT3, a fortiori avec des pilotes de la trempe de Tim Van Parijs, Patrick Snijers, Gunther Monnens, Chris Van Woensel, Claudie Tanghe, Jochen Claerhout, Fredericq Delplace et Yves Bruneel, tous réputés pour avoir une vitesse de pointe qui n’est plus à prouver.

YPRESRALLY__MD__1023

C’est sûr, les moyennes seront à nouveau très élevées sur les 23 spéciales du Rallye d’Ypres, les 22 & 23 juin!

YPRESRALLY__Tom__1005

Essai: Hyundai i30N Performance Pack: du sport, du vrai

Jusqu’à présent, toutes les tentatives de Hyundai pour nous proposer des modèles sportifs étaient restées peu convaincantes. La faute à des modèles avant tout conçus pour le marché américain où le mot sportivité n’a pas le même sens que sur le vieux continent. À la suite de son implication en WRC, la maison coréenne a changé son fusil d’épaule et on peut dire que la cible est atteinte!

IMG_3989

Le modèle que l’importateur a accepté de nous confier durant une semaine ne revêt pas la couleur Performance Blue adoptée par l’équipe chargée d’aligner les Hyundai en Championnat du Monde des Rallyes (WRC) mais il s’agit bel et bien d’une version Performance Pack qui rencontre plus de 90% des suffrages en Belgique. Elle propose de booster le 2.0 Turbo à 275 ch (250 ch pour la i30N classique) tout en offrant en sus le différentiel électronique à glissement limité et un système de valve d’échappement à ouverture variable.

Hyundai I30N - Photo by www.dennisnoten.com

J’aime bien

Relativement discrète dans sa robe Engine Red, notre i30N s’est révélée sur les petites routes de notre habituel trajet d’essai. Il faut juste veiller à ne pas opter pour le mode Sport+ des suspensions qui les rendent juste invivables sur le mauvais réseau belge. Pour le reste, tout y est. En optant pour le mode le plus extrême (bouton bleu orné d’un drapeau à damiers à droite du volant), la i30N Performance Pack devient une avaleuse d’asphalte et, mieux encore, de virages. La direction est agréable sans avoir la précision d’une super sportive. Avec des disques de 330 mm à l’avant et 300 à l’arrière, le freinage reste solide même si les étriers demeurent flottants à un seul piston.

IMG_3992

Plutôt malin

Contrairement à d’autres, Hyundai n’essaye pas de nous gâcher le plaisir en imposant une quelconque boîte automatique. Ici, le plaisir de passer les vitesses demeure et est même sublimé par le REV matching, un double débrayage automatique qui participe à l’ambiance course. Sans oublier le système de valve d’échappement à ouverture variable qui vous annonce lorsque vous opter pour le mode le plus dynamique même si les pétarades sont moins exagérées que chez Ford avec la Focus RS pour ne citer qu’un exemple.

hyundai-2017-all-new-i30n-26-hires

J’aime moins

On peut comprendre qu’à l’heure de la standardisation poussée, il soit difficile de concevoir des intérieurs très différents au sein d’une gamme de modèles mais l’habitacle de la i30N nous a franchement déçu. Aussi austère que celui de la berline du même nom, il propose juste quelques logos disséminés ça et là, de jolis baquets sans oublier le système d’info-divertissement (qui a dit auto-distraction?) qui propose un menu N spécifique. On peut ainsi y découvrir toute une télémétrie offrant moult infos au pilote en herbe.

20180506_094108

Pourquoi je l’achète

Affichée à 34.800€ sans les remises, la Hyundai i30 N PP est une bonne affaire. Une simple Golf GTI de 230 ch est à 32.925€ tandis que la Golf R de 310 ch et DSG atteint les 43.405€! La Peugeot 308 GTI (270 ch) demande 38.230€ là où une Ford Focus ST (250 ch) exige 31.550€. Ensuite, vous pouvez toujours faire valoir ses 5 places et son coffre au volume intéressant pour justifier votre achat auprès de madame.

All-New Hyundai i30 N (29)

Pourquoi je ne l’achète pas

Pour nous, la Hyundai i30 N Performance Pack possède deux défauts: son poids de 1.504 kg qui se fait oublier grâce au couple de 353 Nm mais qui pénalise l’agilité de l’auto dans le tortueux et sa consommation excessive en mode sauvage. Si bien qu’on a cru ne pas pouvoir terminer notre trajet de deux heures sans repasser par la case essence. Heureusement, l’obligation de ralentir lors de la traversée des villages nous sauvé de ce scénario et finalement, il restait encore un petit quart de réservoir à notre arrivée. Comptez néanmoins un bon 15l/100 si vous fréquentez les circuits. Un 2.0 Turbo excédé, ça demande sa part de breuvage!

IMG_3984

IMG_3990

Essai: Hyundai Kona 1.0 T-GDi: futur best-seller ?

IMG_3877

Ce n’est un secret pour personne, Hyundai est désormais le plus gros vendeur de SUV en Belgique. Et l’idée de compléter sa gamme avec ce petit SUV prénommé Kona devrait encore renforcer sa position sur notre marché.

IMG_3885

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que ce Kona ne passe pas inaperçu. Avec une longueur de 4,16 m pour 1,80 m de large, un empattement de 2,6 m et un porte-à-faux arrière réduit, le design, bien que massif reste dynamique avec une agressivité qui lui va bien. C’est le premier SUV de la gamme à reprendre la calandre hexagonale dite en cascade inaugurée en 2010, autour de laquelle se dessine la nouvelle signature lumineuse à double étage.

IMG_3879

J’aime bien

La couleur Acid Yellow lui sied à merveille. Sur la route, ce Hyundai Kona fait le job qu’on attend de lui. Motorisé, dans le cas qui nous occupe, par le petit 1.0 essence Turbo de 120 ch, il se montre plutôt vaillant sur autoroute et toujours vif et alerte en ville. Rien à redire non plus du côté de la direction, précise, ou de la boîte de vitesse sans accrocs. Le Kona prend également très peu de roulis. Il est même plutôt agile dans les virages et fait preuve de bonnes reprises en sortie. Mais il faut composer avec une suspension un peu ferme aux trépidations inoffensives mais désagréables, que ce soit sur les routes mal entretenues de notre royaume ou lorsque que l’on force un peu l’allure.

IMG_3880

Plutôt malin

Comme souvent chez les marques asiatiques, l’équipement est plutôt complet à bord de cette version Luxury Launch Edition équipée, entre autres, de l’affichage tête-haute en couleur de 8 pouces incluant des fonctions telles que les informations issues de la navigation, mais aussi des infos sur les aides à la conduite telles que la surveillance d’angle mort ou le maintien dans la voie. Citons encore le chargement par induction de votre smartphone, les feux de route intelligents (basculement feux de route-feux de croisement selon la circulation), l’aide au stationnement avant et arrière, ou encore la climatisation automatique bi-zone. L’écran central de 8 pouces vient avec le GPS tandis que le son passe par les 8 enceintes et l’amplificateur développés par le constructeur américain Krell.

IMG_3875

J’aime moins

Comme je l’ai déjà signalé avec les petits moteurs de VW, ces motorisations essence turbo ne supportent pas les grandes vitesses et les autoroutes allemandes où, à 160 km/h, on dépasse allègrement les 10 l/ 100 de moyenne. Par contre, à vitesse légale en Belgique, il se contente de 7,5 l/100 ce qui est plutôt correct pour un véhicule qui pèse 1.300 kg. Autre défaut à signaler, l’espace à l’arrière n’est pas extraordinaire au même titre que les 360 litres du coffre.

IMG_3887

Pourquoi je l’achète

Il a vraiment une bouille sympa, ce Kona et avec des couleurs flashy, il met de la couleur sur les routes. Dans l’air du temps, il devrait séduire par son équipement assez impressionnant et son moteur essence volontaire et plutôt discret pour un trois cylindres. Et puis son comportement n’est pas déplaisant et pourrait inspirer certains concurrents qui ont totalement laissé cet aspect de côté…

IMG_3883

Pourquoi je ne l’achète pas

26.449 euros, c’est une bien jolie somme pour un petit SUV motorisé par un 1.0 3 cylindres de 120 ch. Et la qualité des plastiques intérieur n’est vraiment pas extraordinaire. Sans parler du design intérieur bien moins rafraîchissant que le look extérieur. Enfin, l’habitabilité et le volume du coffre, on l’a dit plus haut, sont juste dans la moyenne.

IMG_3882