Interclassics Brussels 2018 : Porsche et l’Expo 58 à l’honneur

Liberté, progrès et… sportivité, les thèmes de l’expo 58 ont largement été mis en valeur lors de cette nouvelle édition du salon Interclassics, tout comme le septantième anniversaire de Porsche. (Texte et photos: Dimitri Urbain)

02

Interclassics est devenu un salon incontournable du calendrier belge des manifestations d’anciennes. L’édition 2018 renforce la réputation de cette manifestation de haute tenue. Outre les expositions thématiques consacrées à Porsche et aux véhicules de l’Expo 58, nombre de véhicules de qualité étaient offerts à la vente. Après quelques années d’emballement, il semblerait que certains prix se calment mais restent soutenus.  La qualité des véhicules proposés était élevée. En marge, de nombreux professionnels proposaient des pièces, accessoires… et le lot habituel de livres et miniatures.

InterClassics Brussel 2018

Exposition Porsche

Afin de fêter dignement les septante printemps du constructeur Allemand, divers modèles étaient exposés. Parmi eux, un coupé « Gmund » produit en 1949. A ses côtés, d’autres versions de la 356 : un Speedster Pre A,  une Pre A à moteur 1500 S, une 356 SL, des cabriolets 356 A Reutter et B signé D’Ieteren ; une Carrera GT Speedster, une Carrera Abarth sortie de chez Zagato et dont les lignes sont signées Franco Scaglione.

Nous vous proposons une découverte en images…

01

1° L’exposition Porsche et son parterre de versions rares de la 356.

InterClassics Brussel 2018

2° Un hall complet occupé par des professionnels, dont nombre venus des Pays- Bas : éclectisme et qualité au rendez-vous.

03

3° Un magnifique Ford Transit de 1975 avec moins de 9.000 km… à vous pour 28.500 € quand même!

04

4° Cette Estafette était affichée au même prix mais avec 6.500 km seulement. Véritable madeleine de Proust pour de nombreux visiteurs, les utilitaires sont les parents pauvres du monde des anciennes, souvent utilisés jusqu’à la corde et jetés sans regrets, leur taux de survie est l’un des plus faibles.

05

5° Développée pour la recherche pétrolière dans le Sahara, cette 2 CV du même nom présente la particularité d’être propulsée par 2 moteurs, ce qui en fait un 4 X 4 d’une efficacité redoutable. Elle est équipée de deux réservoirs sous les sièges avant et son assemblage était assuré par Panhard.

06

6° Couleur très seventies pour ce coupé Scirocco en parfait état.

07

7° Parmi les nombreuses Porsche présentes, ce Speedster venu tout droit de Californie avec une patine d’époque très craquante. Restaurer? Ou rouler comme ça, avec les traces d’une vie passée sur les freeways de Los Angeles?

08

8° Cette Rover 2000 était très moderne pour son époque. Elle a remporté la première édition de la Voiture de l’année en 1964. Pour l’anecdote, certaines versions permettent d’installer la roue de secours à plat ou verticalement dans le coffre ou… sur le couvercle de malle!

09

9° Dans les années 70, Alfa Romeo était un concurrent sérieux de BMW… ses berlines sportives séduisaient de nombreux pères de famille. Entre son moteur double arbre alimenté par deux double corps et sa transmission transaxle favorisant une répartition des masses idéale, l’Alfetta entretenait aussi la tradition maison en reprenant le patronyme de la F1 des années 50. Dommage que la rouille aie fait autant de victimes… mais cet exemplaire y a miraculeusement échappé!

10

10° Dans les années 70, elle était la supercar des familles! La Lamborghini Espada dispose de places arrière pouvant accueillir de jeunes enfants… sur de courts trajets. Cette livrée orange met particulièrement en valeur ses lignes uniques.

11

11° Il s’agit bien d’une Fiat Topolino mais… produite sous licence par NSU. Cette Weinsberg date de 1939 et était à vous pour la modique somme de 47.500 €. 

12

12° En état d’origine, cette Coccinelle split de 1950 affiche un kilométrage réduit… et les fameuses « trappes à rhumatismes » uniques à ce millésime.

13

13° Non ce n’est pas une italienne… mais bien une allemande, une Glas 1700 GT, dont le dessin est signé Frua. Produite à un peu plus de 5000 exemplaires par ce constructeur, il en sortira encore un bon millier sous la marque BMW après la reprise mais en motorisation 1600 cm3.

14

14° Moteur Bugatti 55… l’art se trouvait aussi sous le capot des bolides de Molsheim.

15

15° Pour amateurs de briques et autres blocs… ce coupé Volvo est signé Bertone mais reconnaissons que le maître italien a fait beaucoup mieux!

16

16° Les plus anciens reconnaîtront ces engins de l’expo 58…

17

17° La Série 3 E 30 est l’une des valeurs sûres du marché Youngtimer. Ce cabriolet à moteur quatre cylindres était en parfait état.

18

18° La Simca Rallye 3 fête ses 40 ans! Chant du cygne de la 1000, cette bombinette disposait de 110 ch et a permis à de nombreux pilotes en herbe de s’amuser depuis les années 70. Revers de la médaille, en trouver une dans cet état relève de la quête du Graal…

19

19° Formule d’avenir? Cette Méhari est équipée d’un… moteur électrique. Après Jaguar et Aston Martin, d’autres constructeurs vont-ils emboîter le pas et proposer des re-motorisations électriques (à défaut d’être… électrifiantes?) pour leurs modèles classiques?

20

20° Une Maserati 3500 dans son jus… à utiliser telle quelle et sans modération!

Publicités

Librairie: Hypercars Ferrari: des témoignages en abondance

81pp-o5BOsL

Le tifoso que je suis a toujours beaucoup de mal à découvrir de nouvelles choses à la lecture d’un livre consacré à la marque au cheval cabré. L’ouvrage de l’américain Winston Goodfellow dédié aux supercars de Ferrari est intéressant dans le sens où il retrace l’histoire de la marque mais en insistant sur les modèles les plus exclusifs et ce, dès les premières années d’existence. Cela donne un éclairage original à un récit maintes fois conté.

wsg-tv-interview

Intelligement, l’auteur américain (photo ci-dessus) utilise énormément de témoignages issus de diverses publications. Cela donne un côté vivant à son texte et logiquement, ses références médiatiques proviennent inévitablement de magazines americano-anglo-saxons.

ferrari_340_america_barchetta_12

Selon lui, les origines des supercars italiennes remonteraient à la très exclusive 340 America produite en 23 exemplaires seulement. L’auteur a le bon goût de mêler iconographie d’époque avec des photos plus récentes. On adore les clichés noir et blanc d’autant qu’ils sont parfaitement contre-balancés par des photos couleur qui évitent le côté esthétisant de ces bouquins américians où les voitures sont plus neuves qu’elles ne l’ont jamais été de leur vivant.

ferrari1-1

Winston distille également quelques portraits, tout au long du livre, où les hommes qui ont compté dans l’histoire de Ferrari ont droit à leur moment de gloire. Le designer  Sergio Pininfarina mais aussi l’ingénieur Nicola Materazzi ou encore Franco Meiners qui poussera à nouveau Ferrari vers les courses d’endurance tout en étant l’initiateur de la mise en valeur du patrimoine. Ce qui est également intéressant dans ce livre conscré aux hypercars, c’est qu’on y retrouve des photos de toutes les concurrentes des Ferrari. Lamborghini Miura, Maserati Ghibli, Monteverdi 400 SS avant l’arrivée des Porsche 959 et autres Mc Laren F1.

1987-ferrari-f40

L’aspect compétition n’est pas absent des 240 pages de l’ouvrage puisqu’on y trouve de longs chapitres consacrés à la 288 GTO Evoluzione, à la F40 LM/GTE ou encore à la F50 GT, la plus rapide de toutes mais qui ne dépassera pas le stade de prototype. Enfin, l’épilogue est à mes yeux, l’un des meilleurs moments du livre parce que l’auteur y regrette la disparition d’un plaisir de pilotage apparu avec la F50. « Bientôt, ces supercars sans âme ne seront rien d’autre qu’un enième appareil, un moyen de transport rapide et non plus les pures bijoux qu’ils furent longtemps – hypnothiques, enthousiasmantes, inoubliables. »

ferrari-p5-15

Librairie: 24 Heures du Mans 2017

24-heures-du-mans-2017-le-livre-officiel

Sorti pour les fêtes, l’annuel des 24 Heures du Mans 2017 demeure une référence parmi les ouvrages touchant au sport automobile et plus particulièrement à la plus grande course du genre. A la barre, on retrouve l’excellent Jean-Marc Teissèdre désormais uniquement épaulé par Thibaut Villemant. La préface de cette édition est signée par Chase Carey, le patron de la F1 qui a donné le départ de cette 85e édition des 24 Heures du Mans!

Porsche LMP Team: Brendon Hartley, Timo Bernhard, Earl Bamber (l-r)

Comme le veut la tradition, le volume 2017 débute avec des hommages puis revient sur les manches du WEC disputées avant le grand rendez-vous manceau. Ensuite quelques pages nous replongent au coeur de l’édition de 1967 avant d’en arriver à la journée-test disputée le 4 juin. On en retrouve les résultats chronométriques complets avant de débuter cette fameuse semaine mancelle!

Le Mans 24 Hours Race

Débute alors le tour complet des forces en présence, équipe par équipe. Ensuite on se plonge dans l’ambiance du pesage, la vie au circuit en attendant la traditionnelle parade au coeur de la ville sans oublier les manifestations officielles. Nous sommes déjà à la page 108 lorsqu’on découvre enfin les premiers clichés des bolides en action lors des essais! Vient ensuite le chapitre consacré à l’avant-course avec le warm-up, la Porsche Carrera Cup et la manche des LMP3 de la Road to Le Mans.

M17_2861_fine

Là, on découvre deux pages signées Carole Capitaine et qui nous parle des femmes dans la course. Ensuite nous voilà sur la grille de départ avec les différentes personnalités vues à quelques minutes du départ. Enfin débute le compte-rendu traditionnel, heure par heure. Les photos sont de très belles qualités et à chaque heure, les auteurs consacrent un « focus » sur les évènements ayant marqué les soixante dernières minutes.

7061913_1a57925819d95b0b97750b2c9190bb915d6130e5_1000x625

Arrive le chapitre appelé « la 25e heure » où l’on découvre la réaction des lauréats qui ont droit aux honneurs des différents podiums. On apprécie également une double page consacrée au fils du Docteur Wolfgang Ullrich qui nous raconte ses 24 heures, d’autres pages nous présentent le Jackie Chan DC Racing et enfin, les pages que nous préférons, celles de l’analyse technique de l’allemand Marcus Schurig, journaliste chez Sport Auto Allemagne. Enfin, après les tableaux reprenant diverses statistiques, les pages In Memoriam rendent hommage aux disparus de l’année.

M17_2869_fine

N’oublions pas de signaler que cette année, il est possible de retrouver des videos de la course en téléchargeant l’application des éditions ETAI en scannant des pictos disséminés dans l’annuel 2017!

Aston Martin Racing_Le Mans 2017_180617_21

Cet ouvrage est disponible dans toutes les bonnes librairies ou chez E.T.A.I au prix conseillé de 49 euros.

Le Mans 24 Hours Race